Attaque de 3R à Bouar

Attaque de 3R à Bouar

Centrafrique : les FACA repoussent une attaque de 3R dans l’Ouest du pays

Les éléments des Forces Armées Centrafricaines (FACA) ont repoussé une attaque des combattants rebelles de 3R, déclenchée tôt ce matin, contre la base des Unités Spéciales Mixte de Sécurité (USMS) de Wantiguira située à 12 kilomètres de la ville de Bouar (à quelques kilomètres de la mission “Notre Dame de Fatima”, où résident les pères de Bétharram).
Les hostilités ont été déclenchées tôt ce matin par les combattants rebelles de 3R de Sidiki Abbas, qui avait annoncé la semaine dernière qu’il suspendait sa participation à l’accord de paix. « Il s’agit d’une attaque coordonnée menée sur deux fronts par des combattants rebelles de 3R d’Abass Sidiki.
L’attaque a été repoussée par les éléments des FACA », nous rapporte un officier des FACA.
Au cours de riposte des FACA aux assauts des rebelles, “des armes ont été récupérées ce mardi lors de l’attaque du camp des USMS de Bouar par les éléments de 3R de Sidiki Abass”, précise cet officier.
Du côté de la MINUSCA, une réunion de crise a été convoquée par les autorités avec la MINUSCA, fait savoir Vladimir Monteiro. “Le bilan de cette attaque fait état d’une dizaine de cas de blessures légères dans les rangs des forces des USMS et il y aurait des pertes en vies humaines du côté des assaillants”, ajoute-t-il.
C’est depuis quelques jours que le mouvement 3R menait des attaques coordonnées dans la région de la Nana-Mambéré.

 

Le groupe 3R pour « Retour, Réclamation et Réhabilitation » est un groupe rebelle centrafricain créé fin de 2015 initialement pour assurer la protection de la communauté peule contre les
attaques des anti-balaka. Il est sous le commandement du général autoproclamé Sidiki Abass.
3R est présent dans les préfectures de Nana-MambéréOuham-Pendé (sous-préfectures de Bocaranga et de Koui) et Mambéré-Kadéï, dans le nord-ouest du pays.
En avril et , le 3R a multiplié les attaques contre des villages de la sous-préfecture de Koui. Le , le 3R a attaqué la ville de De Gaulle, capitale de la sous-préfecture, qui compte environ 20 000 habitants, ainsi que plusieurs autres villages de la région.
La presse centrafricaine l’accuse d’être soutenu par des grands propriétaires de bétail des pays limitrophes (Cameroun, Tchad et Nigeria) qui l’utilisent pour assurer la protection de leurs troupeaux en transhumance sur le territoire centrafricain

 

MINUSCA
Préoccupé par l’état d’insécurité, humanitaire, des droits de l’homme et la crise politique en République Centrafricaine, ainsi que ses répercussions au niveau régional, le Conseil de sécurité a autorisé, le 10 avril 2014, le déploiement d’une opération multidimensionnelle des Nations Unies – la MINUSCA, avec, pour priorité, la protection des civils.
Ses autres tâches initiales comprennent le soutien au processus de transition, la facilitation de l’aide humanitaire, la promotion et la protection des droits de l’homme, l’appui à la justice et la primauté du droit, le soutien au processus de désarmement, de démobilisation, de réinsertion et de rapatriement.
La MINUSCA a intégré le Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en République centrafricaine (BINUCA) à compter de sa mise en place. Elle a aussi pris le relais de la Mission internationale de soutien à la République centrafricaine sous conduite africaine (MISCA) le 15 septembre 2014, en application de la résolution 2149 (2014).



Send this to a friend